Le programme de haute performance d’arc recourbé de Tir à l’arc Canada officialise son groupe national d'entraînement

Le programme de haute performance d’arc recourbé de Tir à l’arc Canada a récemment finalisé sa stratégie à long terme, qui propose une approche équilibrée entre d'un côté le moyen terme et l'obtention d'une meilleure performance de l'histoire en tir à l'arc aux Jeux olympiques de Tokyo de 2020, et de l'autre côté le long terme qui vise un résultat du niveau du podium aux Jeux olympiques de 2024. Un volet important de cette stratégie est la mise en place d'un environnement  d'entraînement de plus en plus centralisé et surveillé pour les athlètes qui sont sélectionnés à titre de membres du groupe national d'entraînement (GNE), et qui ont donc été identifiés comme étant capable de répondre aux ambitions de performance du programme.

À partir de 2017, le programme investira principalement dans ces athlètes, et notamment dans les brevets, la programmation et l'encadrement, qui sont de plus en plus déterminés par une analyse mesurable qui tient compte du potentiel de l'athlète de décrocher une médaille olympique. En 2016, Tir à l’arc Canada a élaboré un cadre d'évaluation de la performance qui tient compte de toute une gamme de facteurs objectifs et mesurables, pour évaluer nos athlètes en comparaison avec les athlètes qui sont montés sur les podiums aux Jeux olympiques, aux championnats du monde, et aux épreuves de la Coupe du monde. En d'autres termes, les repères de performance dont se sert le programme sont établis en comparaison avec les meilleurs archers du monde.

Sous le leadership d'Alan Brahmst (expert-conseil de haute performance), qui a bénéficié d'un appui important de Shawn Riggs et de Joan McDonald, le programme a mis en place un processus de classement et de comparaison des athlètes, peu importe leur âge ou à quelle distance ils tirent, créant ainsi ce qu'on appelle communément une «surveillance des résultats du niveau du podium (SRP)». «Pour harmoniser notre système avec celui de plusieurs sports au Canada, et avec celui des meilleures nations en tir à l'arc, nous avons tout simplement ajusté notre modèle de développement des athlètes et d'investissement dans les athlètes, pour augmenter nos chances de gagner aux Jeux olympiques» a expliqué Brahmst, qui ajoute : «Nous avonstravail lé d'arrache-pied pour élaborer les analyses, les processus et les cadres visant à déterminer si un archer de 16 ans peut avoir un plus gros potentiel de décrocher une médaille olympique que, disons, un archer de 26 ans. Nous nous appuyons sur notre SRP, qui est basée sur des preuves, et soit vous en faites partie, soit vous devez démontrer que vous êtes capable d'en faire partie pour pouvoir devenir membre de notre GNE.»

Pour l'instant, le programme se concentre sur son approche consistant à évaluer, puis à optimiser les investissements financiers, basés sur la SRP des athlètes, en plus de centraliser l’environnement d'entraînement. «Notre programme est basé sur la performance, et il est exigeant, mais il est conçu en fonction d'un cadre reposant sur les meilleures pratiques, qui s'est avéré un outil qui permet d'accélérer la réussite. Il fonctionne, et c'est l'orientation que prend notre programme, afin d'offrir de la valeur à nos athlètes en leur offrant les meilleures opportunités de remporter la victoire sur la scène mondiale» a conclu Brahmst.

Le GNE a été mis en place pendant une évaluation approfondie effectuée à l'automne de 2016 dans le cadre du processus de nomination des athlètes brevetés et de l'élaboration de la stratégie de performance. Au total dix (10) archers hommes et deux (2) femmes font actuellement partie de ce GNE et du programme d'entraînement connexe, qui est centralisé à Toronto pour sept de ces athlètes, les cinq autres y étant intégrés par l'entremise de stages d'entraînement ciblés, en collaboration étroite avec leurs entraîneurs personnels. Mis à part l'entraînement technique, Tir à l’arc Canada fournit à ces athlètes des services de sciences du sport, comme la psychologie de la performance ou un programme d'entraînement de la force et de la condition physique, et ce, de manière de plus en plus centralisée.

En plus du modèle de GNE, Tir à l’arc Canada met en place un programme officiel de la relève «Next Gen» (NG), qui se concentre sur des athlètes ayant le potentiel de monter sur les podiums dans cinq à huit ans. Les athlètes peuvent faire partie des deux programmes, le GNE et le programme NG, et les détails de  l'identification et de la sélection des athlètes pour ces deux programmes seront officialisés et diffusés dans un proche avenir. Pour l'instant, il existe diverses occasions d'évaluation permettant de se joindre à ces programmes, par exemple la liste de classement canadienne et le programme TOP.

Les athlètes dont les noms suivent font actuellement partie du groupe national d'entraînement (GNE) de 2017 :

Crispin Duenas, Toronto, 31 ans

Brian Maxwell, Vancouver, 31 ans

Hamilton Nguyen, Toronto, 25 ans

Brandon Xuereb, Toronto, 21 ans

Connor Sorley, Toronto, 21 ans

Brad Fulsang, Peterborough, 24 ans

Adam Serdinsky, Waterloo, 21 ans

Aaron Cox, Devon, AB 17 ans

Hayden Edwards, Toronto, 18 ans

Joël Vézina-Boucher, Montréal, 20 ans

Georcy Stéphanie Thiffeault-Picard, Montréal, 26 ans

Lauriane Lalonde, Montréal, 17 ans  

À propos de Tir à l'arc Canada

Tir à l'arc Canada est l'organisme national directeur de sport responsable de promouvoir et de développer de manière sécuritaire et éthique le sport historique qu'est le tir à l'arc. Tir à l'arc Canada soutient l'atteinte de l'excellence en haute performance dans toutes les catégories du tir à l'arc, ainsi que le développement, en collaboration avec les associations provinciales et territoriales de tir à l'arc, d'une infrastructure nationale du tir à l'arc visant à favoriser la participation des archers dans toutes les régions du Canada. Visitez : www.archerycanada.ca/.

Notice: Please let us know if there is missing translation.   Merci!